Comment écrire un article de blog ?

Vous êtes en manque d’inspiration pour rédiger votre article de blog ? Vous vous demandez si votre article va ranker sur Google ? Toutes ces questions sont légitimes. Savoir rédiger un article de blog est une compétence fondamentale pour votre référencement. Vous devez capter votre audience pour l’inciter à lire votre contenu jusqu’au bout. 

Tous les consultants SEO vous le diront : sans blog, pas de trafic et pas de chiffre d’affaires généré sur votre site web.

Je vous explique la méthode que j’utilise et qui me permet de positionner mes articles en première page.

article de blog

Résumé des 8 étapes pour rédiger un article de blog

1Lister les thèmes pertinents à traiter et les mettre dans un tableau
2Vérifier le mot-clé retenu et son volume de recherche
3Réaliser le plan du contenu avec les sous-parties
4Rédiger l’introduction de l’article
5Écrire l’article en parlant à sa cible
6Optimiser son article pour le SEO
7Insérer des éléments d’UX
8Vérifier les fautes d’orthographes avant de publier

Les clés pour écrire un super article de blog

Écrire un bon article de blog nécessite de suivre des étapes claires, dans un ordre bien précis. Si vous oubliez une étape, la qualité de votre contenu et son classement final seront dévalués. 

Cette méthode marche avec toutes les thématiques donc vous pourrez facilement la dupliquer pour vos futurs contenus.

1-Listez les thématiques pertinentes

Avant de vous attaquer à votre article de manière désespérée, posez-vous deux minutes en vous mettant à la place de votre cible. Quand on y pense, vous êtes le mieux placé pour identifier les questions que se pose votre audience.

Commencez par prendre une feuille ou un tableau Excel et listez toutes les thématiques intéressantes à traiter. Regroupez-les par grand thème, ce qui vous fera déjà quelques idées de liens internes pour la suite. Le cerveau humain reste le meilleur outil pour trouver des bonnes idées d’articles, nous avons tendance à l’oublier de nos jours.

2-Ciblez votre mot-clé principal

Pour qu’un article se classe bien, il faut qu’il vise une requête principale. Pour vérifier la pertinence d’un mot-clé, vous pouvez regarder les résultats associés sur Google qui vous indiquent la tendance des requêtes qui sont tapées sur le moteur de recherche.
Sinon, vous pouvez utiliser un outil payant de recherche de mots-clés comme Ranxplorer ou Ubersuggest.

3-Préparer le plan de l’article

Une maison sans fondation, ça se casse la figure. Un article sans plan, c’est la même chose et ça finit en quatrième page tout au plus. 

Personnellement, je passe pas mal de temps sur ce point. J’utilise souvent la même structure de plan pour mon site. Le plan doit suivre une structure logique, pas uniquement pour vous lorsque vous écrirez l’article, mais aussi pour votre lecteur quand il le lira.

Souvent, les internautes ne lisent pas tout l’article mais simplement la partie qui les intéresse. C’est frustrant, mais je ne les blâme pas car je fais la même chose.

Certains plans d’articles ont la cote et sont souvent prisés par les créateurs de contenu. On peut citer :

  • les X étapes pour faire…,
  • 3 manières de…
  • 3 astuces pour…

Chaque H2 correspond à une étape ou une manière de faire telle chose.

Je vous réfère à mon article sur 100 idées d’articles pour trouver le plan de vos articles sans vous casser la tête.

Au niveau SEO, les balises Hn, qui correspondent aux titres de vos paragraphes, doivent être correctement optimisées.
Avec un seul H1 pour le titre de l’article, des H2 et éventuellement des H3 en dessous des H2. Elles doivent contenir votre requête principale ou un synonyme, sans aller jusqu’à la suroptimisation.

Votre plan ne se limite pas aux différents paragraphes que vous écrivez. Dès cette étape, il faut déterminer si vous souhaitez ajouter d’autres ressources utiles pour votre lecteur comme :

  • une vidéo ;
  • un tableau ;
  • une infographie.

Mettez-vous une annotation dans l’article pour savoir à quel endroit placer ces éléments.

4-Rédigez l’introduction de votre article

L’introduction n’est pas un paragraphe secondaire dans lequel vous devez blablater pour enquiller des mots. 

L’introduction ou le châpo va donner le tempo pour la suite de votre article. Si vous ne captez pas l’attention d’entrée, votre lecteur s’en ira voir ailleurs. Elle doit donner des éléments précis sur ce que l’on va trouver comme information en lisant votre article.

Une technique souvent utilisée dans le blogging est celle de la pyramide inversée. Le but est de donner la réponse à la question qu’il se pose dès les premières lignes de l’article.
Exemple : vous rédigez un article sur : “Pourquoi faut-il consommer moins de viande ?”

Dans votre châpo, énoncez directement les raisons pour lesquelles c’est important. Pourquoi pas des statistiques officielles ou des raisons plus humanistes envers la cause animale. Ensuite, au fur et à mesure de l’écriture de votre contenu, vous approfondissez ces arguments que vous avez exposés au début.

Une bonne introduction se compose comme suit :

  • une longueur maximale de 100 mots ;
  • comprend le mot-clé principal ;
  • énonce d’entrée ce que l’on va trouver dans l’article.

5-Écrivez votre contenu

C’est parti ! Vous pouvez désormais vous attaquer à la rédaction de votre article.
Quelques règles à respecter au niveau des sous-parties. 

  • Aérer votre texte pour éviter les gros pavés ;
  • Pas plus de 300 mots pour chaque paragraphe ;
  • Des phrases courtes en 15 mots maximum.

L’écriture du web doit être fluide et agréable à lire, surtout sur les téléphones. D’où l’importance d’aérer votre contenu que votre lecteur ne devienne pas miro.

Connectez-vous avec vos lecteurs

Essayez d’amener un peu de personnalité dans votre contenu. Votre lecteur s’identifie à vous et il doit retrouver votre style. Vous pouvez utiliser l’émotion ou l’humour lorsque c’est pertinent. Ne vous limitez pas ! Nous ne sommes pas dans une dissertation où il faut utiliser un français du XIIème siècle. 

Votre article doit apporter des réponses précises à votre internaute. Pour cela, vous êtes autorisé à parler de vos expériences personnelles et de l’aiguiller dans sa réflexion.
Lorsqu’il a fini de lire l’article, il doit se dire “j’ai vraiment appris des choses et je reviendrai pour lire les autres contenus”.

Un bon article est un article où l’on a le sentiment de discuter en direct avec la personne, comme si l’on parlait avec un ami. D’ailleurs, les questions sont un excellent moyen d’amener votre lecteur à réfléchir et à trouver des solutions par lui-même. Vous le guidez petit à petit pour résoudre sa problématique.

Une conclusion parfaite

La conclusion permet de reformuler la problématique de départ, d’y répondre et d’ouvrir le sujet vers d’autres contenus annexes. Elle ne doit pas dépasser 100 mots idéalement. Vous pouvez faire un résumé récapitulé sous forme de tableau ou d’un graphique. Enfin, incitez vos lecteurs à laisser un commentaire sous votre article, ce qui va les inciter à continuer la discussion avec vous dans l’espace commentaire. S’ils l’ont aimé, nul doute qu’ils vous le feront savoir.

6-Optimisez votre contenu pour le SEO

Certes, vous écrivez d’abord pour votre audience, mais il faut aussi penser à l’optimisation de votre article pour le référencement naturel.
C’est la combinaison des 2 qui fera que votre article sera lu et deviendra incontournable. 

Ainsi, votre article doit avoir un score d’optimisation SEO correct pour ranker correctement. Pour augmenter votre score, il faut insérer plusieurs fois des mots en lien avec votre sujet. Certains outils comme 1.fr ou YourTextGuru, vous permettent de voir votre score et de le comparer avec le top 10 actuel.

7-Pensez expérience utilisateur

L’UX prend une place importante dans le SEO d’aujourd’hui. Et c’est bien normal car vous ne rédigez pas pour votre plaisir personnel, mais pour satisfaire vos lecteurs. 

Un contenu qui se classe dans le top 3 se différencie de la masse des contenus chiants que l’on trouve sur internet. Google crawl tellement de mauvais articles que lorsqu’il en trouve un bon, il vous remercie chaleureusement.

Pour mes articles, je place tous mes éléments d’UX dans l’article quand j’ai fini la rédaction et lorsque je publie mon contenu sur WordPress.

Voici ce que je fais une fois que j’ai publié la partie texte.

  • Je mets les mots importants du texte en gras. Les lecteurs lisent en diagonale et ça facilite leur lecture ;
  • J’ajoute des liens internes pertinents vers d’autres pages de mon site ;
  • J’insère des ressources que j’ai évoquées plus haut comme une vidéo, un tableau…
  • Je mets au moins deux CTA dans le contenu pour inciter les lecteurs à réaliser une action précise. Vous lui proposez de télécharger une ressource gratuite sur la page, ce qui va vous permettre de récupérer son adresse mail ;
  • J’ajoute une image illustrative après l’introduction.

8-Utilisez un correcteur d’orthographe

Nul n’est parfait en orthographe. Quand on a les yeux rivés sur l’écran, on est susceptible de laisser des coquilles à droite à gauche.

C’est pour cela qu’il est obligatoire de soumettre votre article à un correcteur orthographique. Si vous faites beaucoup de fautes, votre image va en prendre un coup et ça serait dommage de laisser filer votre lecteur chez la concurrence. 

J’utilise MerciApp mais il y en a d’autres comme Antidote. Attention, ces outils ne sont pas infaillibles, surtout pour les mots anglais. Il se peut qu’il vous les souligne en bleu alors qu’il n’y a aucune faute. C’est simplement qu’il ne connaît pas ce terme.

Dans tous les cas, après avoir passé mon article au révélateur d’orthographe, je relis moi-même le contenu une dernière fois.
Par exemple, quand vous oubliez un mot dans une phrase, le correcteur ne vous avertira pas. Il juge simplement le texte rédigé sans s’occuper s’il manque des mots.

En suivant toutes ces étapes, vous êtes opérationnel pour rédiger vos futurs articles de blog. N’oubliez pas d’être régulier pour maximiser vos chances d’obtenir du trafic qualifié pour votre activité. 

Toujours bloqué dans votre rédaction ? Pourquoi ne tenteriez vous pas l’aventure du coaching SEO ?

En 30 jours et plus si affinité, je vous forme à travers des sessions en visio pour faire décoller votre référencement une bonne fois pour toute.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *